Nos Dernières Actualités

  • Classement Cliniques
  • 8 ème Journée du Membre Supérieur
  • Campagne Accidents de la Main
Découvrez le classement 2013
Des Cliniques et Hôpitaux 
Un classement tiré du Nouvel Observateur.
 
Lire la suite

SAMEDI 30 Novembre 2013

Découvrez le programme
Téléchargez le bulletin d'inscription !
Lire la suite

Campagne de prévention des accidents de la main

Jeudi 24 Octobre 2013 - Michelin Combaude
Jeudi 28 Novembre 2013 - Michelin Cataroux 
Lire la suite

Le Pôle Chirurgical du Membre Supérieur et de la Main

Icone-AdobePDFKYSTE SYNOVIAL DU POIGNET ET DES DOIGTS

La plus fréquente des tumeurs bénignes de la main

Le kyste synovial est une tuméfaction bénigne, une « poche » remplie d'un liquide gélatineux produit par la membrane synoviale (devenue dystrophique) qui tapisse les tendons ou les articulations… Traitement médical ou chirurgical ?

Qu’est-ce que le kyste synovial ?

Cette lésion bénigne touche le plus souvent l'adulte jeune mais peut s'observer à tout âge. L'apparition du kyste synovial est souvent inexpliquée, parfois à l'occasion d'un traumatisme ou d'un faux mouvement.

Sa formation provient d'une dégénérescence de la capsule articulaire.

Il peut disparaître en quelques semaines ou quelques mois, ou bien évoluer vers une augmentation de volume ou la stagnation. On ne pas prédire son évolution.

Un quart des kystes du poignet disparaissent spontanément sans aucun traitement dans les 6 mois suivant leur apparition.

Le kyste synovial peut être volumineux et inesthétique ou parfois douloureux.

La localisation est variable. Les kystes sont le plus fréquemment retrouvés au dos du poignet, mais parfois aussi sur la face palmaire et sont d’origine articulaire.

kyste synovial fig1Kyste de la face dorsalekyste synovial fig2Kyste de la face palmaire 

 

 

 

 

 

  

 

Les kystes peuvent aussi se développer dans la paume de la main et sont issus de la gaine des tendons fléchisseurs des doigts.

kystesynovialfig3Kyste de la gaine du tendon fléchisseur

 

Quels sont les signes et comment fait-on le diagnostic ?

Le motif de la consultation est souvent la douleur, de la simple gêne jusqu'à des douleurs importantes lors de l'utilisation du poignet ou bien l’apparition d’une tuméfaction au poignet ou dans la paume.

Parfois, c'est l'aspect inesthétique qui motive la consultation.

Le diagnostic repose sur les examens complémentaires.

Quels examens complémentaires ?

Une radiographie est souvent demandée pour contrôler l'absence de lésions osseuses, et une échographie confirme la nature liquidienne de la tuméfaction et les rapports du kyste synovial avec l'artère et l'articulation ou le tendon.

Les autres examens ne sont pas utiles.

Quel traitement ? Médical ou chirurgical ?

Dans la majorité des cas, les kystes ne nécessitent pas de traitement car ils ne sont pas gênants et sont de petite taille. Une douleur importante ou un aspect inesthétique motivent le geste chirurgical.

Plusieurs traitements existent :

La ponction du kyste synovial : elle est suivie d'une récidive quasi systématique et c'est un geste souvent douloureux. Une injection de corticoïde peut y être associée mais le taux de récidive reste élevé (environ 70%).

L'exérèse chirurgicale du kyste synovial et d'une partie de la capsule articulaire.

L'intervention se déroule en ambulatoire sous anesthésie locorégionale du membre supérieur.

L'incision est en général transversale et légèrement plus petite que le kyste.

Le pansement sera changé tous les 2 jours pendant 12 à 15 jours et la mobilisation des doigts est encouragée rapidement.

Quelques séances de rééducation sont parfois nécessaires pour éviter un enraidissement du poignet.

Une attelle est parfois indiquée pendant une dizaine de jours.

Le taux de récidive est d'environ 15% pour les kystes du poignet. La récidive est beaucoup plus rare pour les kystes des doigts.

Quelles complications faut-il craindre ?

Elles sont toujours possibles comme tout acte chirurgical : infection, hématome, accident d'anesthésie.

Complications spécifiques liées au traitement de cette pathologie :

  • Récidive dans 10 à 15 % des cas (kyste du poignet) ;
  • Cicatrice souvent très discrète mais parfois inesthétique ;
  • Raideur du poignet (perte de mobilité en flexion et/ou extension) ;
  • Lésions des tendons, artère ou nerf.

logo-urgences-200-degrade

Rechercher

Se Connecter